L'ECHEC ET L'HISTOIRE DU GUERRIER NOIR

 

Tout n’est qu’une perception de l’esprit. Absolument tout. Les dernières découvertes scientifiques nous montrent comment le monde extérieur n’est que la pure création projetée de notre cerveau. Ce ne sont ni vos yeux qui voient ni vos oreilles qui entendent. C’est votre cerveau. Tous ces organes sont de puissant récepteurs/émetteurs d’informations que le cerveau reçoit et restitue selon son état. Lorsque vous êtes soul, vous ne voyez pas les mêmes choses et n’entendez pas les mêmes choses et ne sentez pas les mêmes choses que lorsque vous êtes déprimés ou encore joyeux. Pourtant, ce n’est pas la réalité en elle-même qui change. C’est votre cerveau! D’où l’importance d’avoir un véhicule le plus adapté possible à la recherche de votre excellence. Si vous êtes un grand conférencier, je doute qu’un cerveau alcoolisé vous aide à être un merveilleux orateur. 

 

Qu’en est-il de la réussite et de l’échec? Ce sont des croyances implantées dans le cerveau nous faisant interpréter la réalité dans ce sens. Si vous voulez atteindre la réussite, si vous courrez derrière la réussite, c’est que vous considérez pour le moment votre vie comme un échec. La réussite est un état d’esprit s’attirant lui-même. Réussir, c’est simplement atteindre un objectifs que nous nous étions fixé. Sur le chemin vers notre objectifs, nous avons obligatoirement des milliers de petites réussites menant à la réussite finale. 

Y comprit si ce sont...DES ECHECS.

 

Qu’est ce qu’un échec?

Il y a quelques années, j’entrais au Pôle France de Strasbourg. Ici, chacun joue sa place nationale et son entrée en équipe de France. Chacun est le rival de l’autre. Il y avait donc un combattant de 6 ans mon ainé, que je nommerais le Guerrier Noir. Je le nomme comme cela car il allait éveiller en moi des peurs profondes, celles enfouies dans les ténèbres de l'être. Ce dernier s’amusait, à chaque entrainement, à m’inviter à combattre pour m’humilier en passant son temps à me faire chuter violemment sans me laisser une seconde de répit, et parfois en dehors de la surface de combat. A chaque fin d’entraînement, j’étais meurtri, blessé et humilié. Il était pour moi un véritable problème car j'avais peur. Mais mon père avait eu la sagesse de me dire dés mon plus jeune âge:

«Si tu tombes, soit le premier à te relever, toujours».

Là où la plupart tombaient et restaient au sol en gémissant, je décidais de me relever, quel que soit mon état. Je savais que si je restais au sol, le Guerrier Noir triompherait et se délecterait de son attitude. 

Il continuait à m’inviter à chaque entraînement, malgré mon désir qu’il ne me voit pas. Il me faisait tomber, encore et encore. Je me relevais, encore et toujours, sans trouver la solution pour le faire chuter. Des mois passèrent et je décidais que ça ne pouvait plus continuer comme cela. Il me fallait changer les choses.  Cette fois, au moment des combats, c’est MOI qui vînt l’inviter à combattre, à sa grande surprise. Non pas que je commençais à prendre goût à la douleur, mais qu’il me fallait avancer. A chaque entraînement, j’allais l’inviter, encore et encore...Et je chutais encore et encore. Je ne trouvais pas la solution  pour le battre, il était vraiment fort. Même si je progressais, je n’y arrivais pas. La chute, c’était la métaphore de l’échec SELON CE QUE L'ON PERÇOIT.

 

J'avais peur d'aller à l'entraînement chaque jour. Et si je voulais ne plus avoir cette peur au ventre, il me fallait absolument trouver la solution. Je m'entrainais, encore et encore. 

Vers la fin de l’année, comme par enchantement, lors d’un entraînement, c’est moi qui le fît vaciller et tomber, pour la première fois. 

Le Guerrier Noir s’approcha de moi en fin d’année après un dernier combat et ne m’ayant jamais adressé la parole me dit: «C’est bien Yoann, tu as progressé...»

Ce fut pour moi un cadeau magnifique. 

 

Si nous écoutons Thomas Edison concernant ses «10 000 échecs» précédents une de ses inventions, il nous dit:

 

«Je n’ai pas échoué 10 000 fois, j’ai trouvé 10 000 façons de ne pas y arriver»

 

Je reprends pour mon expérience cette citation et concernant le Guerrier Noir, je peux effectivement aussi dire: «Mes milliers de chutes n’étaient pas des échecs...elles étaient des informations me montrant le chemin à prendre.»

 J'aurais pu baisser les bras après le premier entraînement de l'année et j'y ai même pensé plusieurs fois à partir. Mais je m'étais posé cette question:

"QUI VEUX TU DEVENIR? "

La plupart, quand quelque chose ne se passe pas comme nous le voulons, considérons cela comme un échec et baissons les bras. Juste à cause de la perception de l’échec. Si nous considérons cela comme «une nouvelle façon de ne pas y arriver», qui sait si la prochaine n’est pas la bonne, qui sait si la réussite finale n’est pas au prochain tournant? 

 

ECHOUEZ donc, tombez, relevez-vous, apprenez la leçon et avancez...et tombez encore s’il le faut! Mais toujours, gardez dans la ligne de mire votre objectif et enrichissez vous du CHEMIN. Car si vous vous êtes relevé, si vous avez continué à avancer, vous vous serez enrichit et serez devenu une toute autre personne, persévérante, déterminée, courageuse. Chose qui n’est pas forcément donnée à celui qui ne prends pas de risques, ne tombe jamais, reste toujours debout mais...Ne change jamais...

 

QUI VOULEZ-VOUS DEVENIR?

 

SIREN: 831 146 048

SIRET:   532 210 382 000 18

 

Diplôme d'Etat n°:

075 08 0387

 

Carte fédérale n°: 09208ED0191

 

01 45 22 45 23

06 64 80 72 81

katanart.dojo@gmail.com 

 

Meilleurs professeurs de méditation à Paris 09
Méditation
ARTS MARTIAUX (SELF DEFENSE)
{if:adminMode}
{trans:no-articles}
{end:if}